Quand le couple s’achève


J’ai récemment regardé Planet Earth II avec ma famille et les images d’animaux variés n’attendaient pas si patiemment que leurs compagnons reviennent au point de rendez-vous afin de faire aimer le doux oiseau conjugal ou de régurgiter un petit smoothie au poisson en pleurant bébé. assez pour envoyer un frisson dans le dos. Ce père pingouin est nettement incapable de mesurer les roches projetées par les vagues et de retrouver sa femme parmi un auditoire mille fois puissant d’autres femmes pingouins criant collectivement dans la lune, je me suis découvert en train de penser. Ses cris ont la moindre trace de mépris grandissant ou est-ce que je l’imagine récemment? Plus tard, alors que la maman d’un oiseau marin prenait tout son temps pour se présenter à leur lieu de rendez-vous convenu, je me demandais nerveusement si elle s’égarait avec un oiseau marin plus fringant et laissait son compagnon dévoué dans la poussière. (D’accord, il a eu une pratique affreuse consistant à hocher la tête et à picorer de la manière légèrement peu confiante et moins attrayante.) Vous pouvez voir les énormes idées fausses en jeu: «Vous savez que j’ai pratiquement réussi à pulvériser contre les pierres la plongée sous-marine pour ces fruits de mer ? Une fois qu’il serait enfin arrivé », sembla dire le pingouin harcelé de ses yeux noirs. Mon jeune enfant proclame fréquemment qu’elle ne se mariera jamais, peu importe. Et pourquoi voudrait-elle? Bien que je préfère croire que son père et moi-même donnons un brillant exemple de communication affectueuse et radicalement ouverte, la réalité est qu’elle a eu un laissez-passer pour la totalité de notre vie à notre propre version d’un mariage de manchots: la diplomatie monotone de pourparlers matrimoniaux, les querelles à importance réduite, les suspensions courantes d’incrédulité, les délicats affaiblissements, la codépendance à tout moment améliorée. Après dix ans passés dans ce ballet sans grâce, il n’est pas surprenant que mon enfant veuille grandir, c’est en fait une petite maison, une voiture sous-compacte et un petit berger australien. Et à vrai dire, il y a des jours où la perspective d’une expansion dépassée aux côtés d’un Australien plus petit ne semble pas si terrible si on la compare à l’arrière-plan peu à peu d’horreurs inhérentes au vieillissement, en phase avec un autre être humain. Mon épouse très charmante et très belle, qui est professeur titulaire et qui semble avoir 10 ans de plus que son âge, offre également un tempérament simple, aucune perception de degré, ainsi qu’une paralysie qui lui permet de serrer la main droite à chaque fois. passe, disons, une crème céramique chargée à ras bord d’azote fluide. Même si moi et lui avons peut-être participé à de nombreuses conversations franches et éclairantes sur les imperfections, nous avons peut-être ri plusieurs fois de sa paralysie et de la capacité étonnante de l’azote liquide à provoquer une perte de poids lorsqu’il est exposé à la vie tissus, cela ne crée pas le déversement qui en résulte et la douleur est beaucoup moins réelle. Devenir accroc, c’est avoir les mots. C’est certainement ce que vous faites de mal, éternellement prêt autour de l’idée de la bouche. La vie conjugale peut sembler être un examen éthique de la sorte: votre obstacle est généralement de garder votre sang-froid, car les déficits choquants de l’humain remarquablement inefficace de votre côté sont de plus en plus ciblés. Pour une raison quelconque, vous devez définir votre sens de l’humour (ce que les études recommandent est essentiel à un mariage en bonne santé), atténuer votre mépris (un prévisionniste important en matière d’insatisfaction de la relation), et augmenter vos indemnités de résidence (généralement le prévisionniste le plus exact du monde). méthodes une relation très longue peut durer, comme indiqué par certaines recherches).

Dans un monde évolutif, motivé par l’acheteur et à gratification instantanée, dans lequel acheter des téléphones portables sophistiqués, des amis plus aboutis et du matériel cellulaire de sperme de haute qualité est comparable à un autre, ne peut-on pas émettre la valeur d’un engagement légitime, imprimé à la cartouche d’encre, sur papier, qui concerne des conséquences désastreusement punitives en matière de dissolution? Quel type de mutant de conception ancienne pourrait avoir soif d’un tel piège primitif, en particulier lorsqu’il est associé à une cérémonie extrêmement coûteuse qui implique fréquemment des allusions à l’obéissance et à des luttes et à des décès communs tout au long de la vie? Et pourquoi avons-nous arbitrairement épousé une personne au lieu de, disons, plusieurs personnes ou 15? Cela ne crée-t-il pas une pression démesurée sur un partenaire? Actuellement, les avantages économiques du mariage sont limités, il est maintenant plus facile de parcourir et d’atteindre les amis d’une planète qu’auparavant dans son passé historique, et de nombreux inconvénients liés au simple mariage, associés à une corvée, à la monotonie et à la frustration indignes . Ajoutez à cela le fait que 40 à 50% de toutes les relations dans les États aboutissent à un divorce dans tous les cas. En pensant à tout cela, quel pourrait être le but de cette charade obsolète?



Petits plaisirs américains


Je me suis un peu tâté avant de rédiger ce billet : il peut être un peu choquant pour quelqu’un qui ne jure que par la famille. Mais c’est quand même mon blog, et je fais donc ce que je veux avec mes cheveux. Il y a quelques jours, j’ai participé à un incentive à les Etats-Unis lors d’un incentive, et je dois dire que ça m’a fait un bien fou. Ce voyage visait à rétribuer une saison d’activité pas facile, et ce déplacement m’a permis de couper un peu avec le boulot. Je suis même sûr que si mon employeur n’avait pas organisé ce voyage, j’aurais peut-être pris quelques jours de congés. De manière générale, je pense que le travailest important pour le moral. Mais je pense également que, des fois, il est utile de prendre du recul. Et la meilleure manière d’y parvenir, dans ces cas-là, reste encore de prendre l’avion afin de découvrir une nouvelle destination. C’est d’ailleurs assez étrange, de voir comme ma opinion a changé au fil du temps. A mes débuts, j’avais tendance à penser que les voyages incentives se résumaient à de simples déplacements professionnels. Ce qui n’est pas faux, quand on y penseMais il y a tout de même moyen d’en profiter au même titre que des vacances personnelles. Ces vacances se font évidemment entre collègues, et non en famille, mais c’est là aussi un avantage, d’une certaine façon. Il y a en effet pas mal d’activités qu’il n’est plus possible d’accomplir, à partir du moment où l’on a des mioches. Et si je n’appréciais pas les incentives lorsque j’étais célibataire, j’ai découvert qu’ils sont un bon moyen de faire tout ce qu’on ne peut pas faire en famille. Cela permet d’évacuer la pression du cadre familial et de repartir du bon pied avec les siens aussi. Je tiens à préciser que j’adore ma famille, mais je considère qu’à certains moments, ça ne peut qu’être positif, de faire une pause. Histoire de mieux en profiter lorsqu’on revient. On peut avoir une vie de rêve, cela ne change rien : on finit par perdre ce fait de vue, et même à s’énerver pour un rien. Il est donc vital dans ces moments-là de faire une virée afin de remettre les choses à plat. Voilà pourquoi j’ai attendu avec impatience cet incentive aux USA m’a bien plu, tant pour le voyage que pour ses activités. Je vous mets en lien l’agence qui l’a mis en place. Dites-le à votre employeur : les incentives, c’est bon pour préserver l’unité familiale. Pour plus d’informations, allez sur le site de ce voyage à la Nouvelle Orléans et trouvez toutes les infos.



Le pari de la livraison gratuite


Il y a beaucoup à faire depuis le moment où vous cliquez sur «Passer votre commande» sur Amazon.com jusqu’au moment où cet article arrive à votre porte un jour ou deux plus tard. Il y a des travailleurs d’Amazon qui doivent prendre l’article dans la corbeille où il est conservé, des employés qui le mettent dans une boîte et des personnes qui conduisent les camions (ou pilotent les avions) qui transportent cette boîte de l’entrepôt à un centre de tri du transporteur qui vous le livrera. Bien que ces travailleurs ne paient pas forcément beaucoup d’argent – Amazon a révélé la semaine dernière que la rémunération médiane de ses employés était de 28 466 $ – la livraison de ces forfaits est une proposition coûteuse. En 2017, Amazon a dépensé 21,7 milliards de dollars en frais d’expédition, indique son dernier rapport annuel, soit près du double du montant dépensé en 2015. Certains de ces coûts sont sans doute dus au fait que Amazon dépense beaucoup d’argent pour envoyer des colis gratuitement pour 100 millions d’euros. Membres de choix dans le monde entier. C’est, à certains égards, une stratégie intelligente. Les premiers clients sont tellement habitués à la gratuité expédition qu’ils commencent tout juste à acheter tout sur Amazon. «Ils essaient de vous faire aimer la commodité», m’a dit David Vernon, analyste chez Bernstein. «Une fois qu’ils ont cette Prime ID coincée dans votre portefeuille et que vous commencez à appuyer sur le bouton d’achat, êtes-vous vraiment attentif au prix que vous payez? Mais beaucoup de ces clients pourraient être des clients principaux non rentables comme moi. Même si je paie la cotisation annuelle Prime, je retourne tellement de commandes que je ne suis pas convaincu que cela couvre mes frais d’expédition. Au cours des deux dernières semaines seulement, j’ai commandé et retourné deux articles, ce qui signifie qu’Amazon a payé pour expédier le colis quatre fois de suite et n’a obtenu aucune vente. Au fur et à mesure que les coûts de transport augmentent, Amazon pourrait trouver de plus en plus de ses clients également non rentables. C’est peut-être pour cette raison qu’Amazon semble proposer davantage de moyens pour amener ses clients et ses vendeurs à subventionner le coût de la livraison gratuite. Jeudi, lors de la conférence téléphonique sur les résultats trimestriels de la société, Amazon avait annoncé une augmentation des coûts de production. Les abonnements Prime annuels passent de 99 $ à 119 USD, à compter du 11 mai. L’augmentation des coûts est de 100 millions d’articles disponibles pour une expédition de deux jours, contre 20 millions en 2014, a déclaré Brian Olsavsky, directeur financier d’Amazon, à l’appel. . En janvier, Amazon a également augmenté les honoraires du vendeur pour diverses catégories de vêtements; l’an dernier, il avait augmenté les frais des vendeurs de livres et de vidéos.



Le Président Trump prend des mesures d’urgence pour batir son mur


Le directeur général, Donald Trump, invoquera toujours des pouvoirs exceptionnels et urgents à l’échelle nationale pour protéger le financement de son projet de surface de mur frontière avec le Mexique, a déclaré le White Home. Le transfert douteux permettrait à M. Trump d’éviter le Congrès, qui comprend notamment le refus de convenir des fonds nécessaires. Les démocrates plus âgés ont accusé le chef de l’exécutif de tout « abus flagrant d’énergie » ainsi que d’un « acte illégal ». De nombreux républicains ont exprimé le problème. Construire une surface de mur frontière était vraiment un gage de promotion essentiel de la campagne de M. Trump. Proclamer une urgence nationale permettrait à M. Trump de s’affranchir des limites légitimes imposées à l’énergie de gestion et lui permettrait d’utiliser des millions de dollars pour financer son entreprise. Le directeur général a accepté jeudi de signer un règlement des coûts qui n’intègre pas le financement du mur. La facture mensuelle a mis fin à 2 mois d’impasse, ce qui a entraîné la fermeture de 35 jours, la plus longue de l’histoire des États-Unis. La facture mensuelle doit être autorisée vendredi pour éviter une nouvelle fermeture. Citant des autorités anonymes de la propriété de couleur blanche, des organes de presse américains ont expliqué comment le président signerait les situations de crise et agirait simultanément. Si les deux chambres votent pour – et que le président ne veto pas, la loi sur les urgences nationales contient une clause qui permet au Congrès de mettre fin au statut d’urgence. Avec un volume confortable à l’intérieur de votre maison, les démocrates pourraient adopter ce type de résolution au Sénat. Un certain nombre de sénateurs républicains ont exprimé leur malaise face au fait que le président invoque une urgence nationale, même si les républicains contrôlent le Sénat. Les républicains dissidents impliquent le candidat à la présidentielle de 2012 et nouveau sénateur d’Utah Mitt Romney, le sénateur de Floride Marco Rubio, ainsi que la sénatrice du Maine Lisa Murkowski, qui a déclaré que cette démarche était « d’une constitutionnalité douteuse ». Néanmoins, la résolution de l’image aurait néanmoins besoin de la signature de M. Trump pour réussir, ce qui lui permettrait de lui opposer son veto. Une supermajorité dans les foyers du Congrès est nécessaire pour renverser un veto présidentiel. Le dirigeant tient encore une fois sa promesse de développer les murs, de protéger les bords et de protéger notre magnifique territoire « , a déclaré dans un communiqué son amie Sarah Sanders, l’assistante du hit-parade des propriétés blanche et brillante, expliquant que M. Trump prendrait d’autres mesures – y compris une urgence nationale – pour nous assurer de mettre fin à la stabilité nationale et à la crise humanitaire au bord du gouffre « . La présidente du foyer, Nancy Pelosi, et le leader démocrate au Sénat, Chuck Schumer, ont accordé une déclaration commune hautement formulée condamnant le transfert. « Déclarer une urgence fédérale inattendue pourrait être une réaction anarchique, une utilisation abusive flagrante de la puissance de la présidence et un effort nécessaire pour tenter de détourner de la réalité le fait que le président Trump ait brisé son sang en assurant au Mexique de payer pour ses murs » l’assertion. « Il n’arrivait pas à convaincre le Mexique, les citoyens américains ou leurs associés élus d’acheter sa structure murale improductive et coûteuse. Il s’efforce donc désormais de faire en sorte que le Congrès finaliste tente désespérément de mettre les contribuables entre les mains. » Mme Pelosi avait déjà été informée que les démocrates placeraient un obstacle légitime.



La valeur des photos


Les albums PHOTO sont acceptables pour les photos de famille et les tablettes permettent de montrer aux gens vos photos de vacances. Mais en tant que photographe sérieux, vous souhaitez présenter votre travail de manière plus professionnelle que les gens en prendront note. Un livre photo personnalisé peut être un excellent moyen de mettre en valeur vos talents en photographie, qu’ils soient situés dans des paysages, des animaux sauvages, des portraits ou des natures mortes. Mais il faut faire attention. Bien que certaines entreprises offrent ce service à des prix extrêmement bas, les résultats finaux peuvent être moins que satisfaisants. Et vous ne voulez pas consacrer beaucoup de temps, d’efforts et d’engagement à la capture d’images de première classe, mais seulement à ce qu’elles soient gâchées par du papier bon marché et des finitions de mauvaise qualité. Pour cette raison, un CEWE PHOTOBOOK est le choix idéal pour les photographes sérieux souhaitant présenter leur travail sous le meilleur éclairage possible. Avec un niveau de qualité exceptionnel, ce produit haut de gamme fera ressortir le meilleur des clichés dont vous êtes le plus fier. CEWE propose six types de papier y compris trois papiers photographiques, qui offrent un poids impressionnant de 300 g / m² et sont disponibles en finitions Classique, Brillant ou Mat. Pour ces papiers, un processus de développement chimique spécial utilisant la lumière est utilisé – un peu comme on le trouve dans les chambres noires traditionnelles. Le résultat est une image vibrante et fortement contrastée avec une plage de couleurs beaucoup plus large que celle que l’impression numérique est capable de produire. Vous remarquerez à quel point les dégradés de couleurs sont fins, en particulier sur les peaux, avec une résolution élevée et un tramage nul. La reliure spéciale à plat est également disponible. Cela signifie tout simplement que votre livre photo CEWE ouvrira sur une double page et restera à plat, sans cambrage des pages et sans gouttière. C’est un effet étonnant et particulièrement impressionnant lorsque vous incluez une grande image de paysage sur une double page. En ce qui concerne la mise en page de votre livre photo, vous disposez de deux options conviviales. Vous pouvez concevoir vous-même la mise en page dans Adobe InDesign, puis utiliser l’option ‘PDF to Book’. possibilité de convertir votre travail. Vous pouvez également utiliser le logiciel primé CEWE Photoworld Pro, qui met le processus de conception entre vos mains et vous donne le contrôle créatif total de votre projet. (Notez que vous bénéficierez également d’une réduction de quantité pratique en tant qu’utilisateur professionnel.) Si vous rencontrez des problèmes en cours de route, des conseillers spécialisés, tous basés au Royaume-Uni et disponibles 24h / 24, sont à votre disposition pour vous aider et vous conseiller dans la réalisation de votre livre de photos CEWE. Et la «Garantie de satisfaction à 100%» de l’entreprise signifie que si vous n’êtes pas entièrement satisfait de chaque élément de votre produit fini, le service client de CEWE Professional mettra tout en œuvre pour vous satisfaire. Pour en savoir plus, allez sur le site spécialiste du photographe entreprise à Lille.



La sécurité dans les bus ?


Aux heures d’affluence, votre jeune enfant est plus en sécurité si vous êtes assis et que vous le tenez dans les bras. Cela vous permet de plier sa poussette et de laisser plus d’espace aux autres voyageurs. Si vous êtes debout, tenez-vous fermement aux barres. Si vous ne pouvez plier la poussette, veillez à bien bloquer les freins. Offrez votre place à ceux qui en ont le plus besoin : femme enceinte, personne âgée, invalide ou à mobilité réduite. Pensez à ceux qui s’assoient après vous, ne mettez pas vos pieds sur les sièges ! Les enfants de moins de 4 ans voyagent gratuitement. Ils doivent être accompagnés d’un adulte muni d’un titre de transport. Les enfants de moins de 8 ans ne sont pas admis à voyager seuls. Leur accompagnement par un mineur relève de l’entière responsabilité du tuteur légal. A l’exception des chiens d’aveugle, ne sont autorisés dans les bus que les animaux de compagnie (chien ou chat) de petite taille et non dangereux, à condition qu’ils soient transportés dans un panier adapté. Il est interdit de transporter dans les bus des matières ou objets dangereux. Les objets encombrants peuvent être refusés par le conducteur, seul juge de ce qui peut être admis à bord du bus. Les vélos (et trottinettes) pliables sont acceptés à bord des bus, sous condition qu’ils soient pliés. Pour des raisons de sécurité, l’accès rollers aux pieds à bord des bus est interdit. Pour la tranquillité des voyageurs et afin d’assurer une bonne diffusion de l’information sonore à bord, merci de baisser le son de vos baladeurs et MP3. Toute utilisation intempestive d’un appareil sonore est passible d’une amende. La montée et la descente des voyageurs ne peuvent se faire qu’aux points d’arrêt. Le bus est un espace non-fumeur. Il est strictement interdit de fumer ou de vapoter à bord, et de consommer de l’alcool ou des produits illicites.



En parapente


Dans l’ensemble, on peut dire que j’adore tous les sports à sensation. Mais l’un d’eux m’a frappé un peu plus que les autres, au fil des expériences : le vol en parapente. J’avais déjà réalisé un vol en parapente en Ardèche il y a quelques années, mais le souvenir de ce jour était devenu un peu flou (il faut dire que je ne suis pas resté inactif, dans l’intervalle, niveau activités extraordinaires) : je me souvenais seulement du grandiose sentiment de plénitude qu’on éprouvait dans les airs et souhaitais réitérer cette expérience. Lors de mes dernières vacances, j’ai donc craqué et me suis offert un vol en biplace dans les Alpes de Haute-Provence. L’expérience est loin d’être aussi casse-cou que ce qu’on peut imaginer, en réalité. En tandem, on est au contraire bien installé sur un siège devant le pilote et on profite du paysage. Il y a bien un instant de tension au moment du décollage, certes, lorsque la voile se gonfle et qu’on doit galoper jusqu’à ce que les pieds ne sentent plus le sol. Mais ça ne dure au final qu’un instant, et dès que l’aile s’élève, on se retrouve assis dans son siège, aux premières loges ! Et dès que les pieds délaissent le sol, on se sent envahi par un immense sentiment de sérénité. On se laisse faire et porter par les courants ascendants. Un vent un peu plus fort et on s’envole encore plus haut. L’impression est étrange, très reposantte aussi. Et notre monde est magique, contemplé d’en haut : on a même parfois l’impression d’être dans un rêve. Mais toute chose a une fin, et les 20 minutes du vol s’écoulent si vite qu’il faut déjà redescendre vers le sol. L’atterrissage est tout aussi doux. Cela paraît même assez facile, à vrai dire. J’ai même éprouvé, l’espace d’un instant, une envie subite de passer le brevet. Mais pratiquer cette activité en solo me freine un peu, je dois dire. Parce que ce n’est tout de même qu’à un morceau de toile qu’on contrôle avec une poignée de ficelles qu’on doit la vie, quand même ! Et on a vite fait de se casser une jambe, voire pire. Mais pour ceux qui hésitent à goûter au vol en parapente, la question ne se pose pas : le vol en tandem est vraiment sûr. Et au-dessus d’un beau paysage, l’expérience est résolument extraordinaire à vivre. Voici le lien vers le vol que je me suis offert dans les Alpes de Haute-Provence. Davantage d’information sur ce baptême en parapente aux Estables en surfant sur le site internet de l’organisateur.



Le risque cyber est « évolutif », alors que le risque industriel est « stable »


L’événement propre au risque Industriel est intrinsèquement stable par nature : un incendie reste un incendie, une explosion reste une explosion, un bris de machine reste un bris de machine, une tempête reste une tempête, une erreur de conception reste une erreur de conception… A l’inverse, le risque Cyber est évolutif par nature. Nous ne pouvons pas anticiper ce que seront demain ni ses origines, ni ses conséquences. Il évolue sans cesse depuis le développement du numérique. Aux risques informatiques des années 80/90 et la crainte du virus se sont substitués les risques digitaux et les menaces Cyber. Tentaculaire, le numérique a infiltré progressivement tous les secteurs d’activité. Il interconnecte tous les acteurs de l’économie et les rend de fait interdépendants. L’évolution permanente du secteur numérique est telle qu’il est impossible de se projeter à plus de 10 ans. Dans quel monde vivrons-nous avec le déploiement de l’Intelligence Artificielle, les Smart City, les transports autonomes ? Évolutif, le risque Cyber est aussi mouvant, multiple et multiforme. Il en est de même au niveau des menaces, crimes organisés, concurrents, états, pirates informatiques ; comme au niveau des motivations, financières, espionnage ou simple volonté de nuire. Il est pour l’essentiel attaché à la malveillance aux motivations très diverses. Comment, dans ces conditions, pouvoir prétendre maîtriser ce risque ? La maîtrise ne peut être qu’éphémère, car mise à mal par l’évolution permanente des organisations, des systèmes d’informations et la mise en lumière de nouvelles vulnérabilités révélées du fait de moyens d’attaques de plus en plus puissants.



Beauté Belge


Et hop, un petit drapeau de plus à mettre sur ma carte du monde. Une destination de plus que j’ai découverte en long et en large. C’était Brugges, que j’ai découvert dans le cadre d’un voyage de groupe. Et on peut dire que j’ai beaucoup apprécié : ça m’a tellement grisé, en réalité, que j’ai durant un bref instant hésité à revenir au bercail. 🙂
J’ignore s’il vous arrive de ressentir ça, mais pour ma part, ça me prend régulièrement lorsque je découvre un lieu inconnu : il me prend l’envie de poser mes valises et d’y vivre. De décrocher un boulot, même s’il est moins attrayant. Pour résumé, de changer de vie. Je ne crois pas que l’herbe soit plus verte ailleurs ; je vois bien les défauts du coin, au contraire, et me dis que la vie n’y est pas nécessairement plus intéressante. Simplement, l’herbe y est d’un vert différent, et je rêve de la déguster. Ce n’est évidemment qu’une chimère ; mais si je n’avais pas une famille à charge, j’aurais déjà sauté le pas depuis belle lurette !
Je n’aime pas l’idée qu’il faille vivre une seule vie ici-bas. Il y a quelques siècles, c’était plus commode, à mon sens, parce que le monde se résumait à l’horizon qu’on avait devant soi ; les personnes passaient toute leur vie dans le même village, et ne connaissaient pas autre chose. Alors, on ne partait pas au ski, et encore moins dans un autre pays ! L’horizon était beaucoup plus délimité, et les tâches difficiles que l’on faisait pour gagner sa vie ne permettaient pas de rêvasser. Mais aujourd’hui où le voyage est devenu un service comme un autre, où le journal télévisé permet de voir à chaque instant quelle vie l’on a aux quatre coins du monde, la fascination est inévitablement plus grande, et l’on voudrait avoir plus de temps pour tout voir. Gageons que les savants prolongent nos vies jusqu’à plus soif pour qu’on profite de plusieurs vies !
Si vous n’avez jamais visité Brugges, en tout cas, ça mérite le coup d’oeil : je pense même que j’y retournerai, pour ma part ! Voici l’agence qui organise ce voyage de groupe. Davantage d’information sur l’organisateur du voyage en Belgique en surfant sur le site internet de l’organisateur.



Adapter l’économie française au nouveau modèle de l’immatériel


Devenir une référence de l’économie de l’immatériel, tel devrait être notre objectif des 10 prochaines années. Notre pays a en a les moyens. Les talents ne lui manquent pas pour s’imposer parmi les premiers producteurs de la matière première désormais essentielle, les idées. Mais nous n’y parviendrons pas spontanément. Trop d’obstacles pénalisent aujourd’hui l’expression de notre créativité et de notre inventivité pour considérer que nous sommes d’ores et déjà préparés à un modèle de croissance en profonde évolution. Les prochaines années seront à cet égard essentielles. Dans bien des domaines, en particulier en matière sociale, d’éducation, de recherche et de fiscalité, la plupart des économies développées engagent des réformes pour faire le saut de l’économie de l’immatériel. C’est aujourd’hui que se jouent notre avance ou notre retard futurs. C’est en prenant conscience de nos faiblesses mais aussi de nos singularités et de nos forces que nous nous donnerons les moyens de faire de l’immatériel un puissant accélérateur de croissance. Nous adapter à l’économie de l’immatériel nécessite de procéder collectivement à trois changements. D’abord dans notre manière de penser. À partir du moment où les actifs immatériels deviennent désormais essentiels pour notre croissance, nous devons chercher à renforcer leur place, tant dans les entreprises que dans la sphère publique. Dans le secteur privé, l’innovation, les idées, la créativité, bref tout ce qui permet l’accumulation d’actifs immatériels, naissent plus facilement dans un contexte concurrentiel, favorable aux nouvelles entreprises. Or nous pérennisons au contraire en France des situations de rente, qui freinent l’incitation des entreprises à se différencier par leurs actifs immatériels. Dans le secteur public, nous jugeons la qualité de la gestion de l’État uniquement à travers ses actifs matériels, en particulier son patrimoine immobilier. Les actifs immatériels sont les grands oubliés de la gestion publique, alors même qu’ils constituent une source importante de revenus publics, mais surtout d’efficacité économique. Ensuite dans notre manière d’appréhender les problèmes. Nous avons généralement tendance à considérer que si un problème se pose en France, il doit avoir sa réponse en France. Cette vision est parfois juste mais souvent excessivement nationale. À bien des égards, la recherche d’efficacité de l’action publique doit nous conduire à accepter l’idée que l’échelle pertinente pour répondre aux questions économiques et sociales n’est plus seulement la France, mais l’Europe. Notre position dans l’économie de l’immatériel dépendra à cet égard, sur plusieurs points, de notre capacité à faire bouger nos partenaires et à nous imposer comme une force de propositions en Europe et un moteur de la construction européenne. Enfin dans notre manière de concevoir nos grandes politiques publiques. Nous vivons avec le sentiment que nous devons avoir notre propre modèle dans tous les domaines, qu’à côté de ceux que font nos partenaires, il y a toujours la place pour une 3e voie, celle de la France. Cette attitude freine notre capacité à nous inspirer de ce qui marche ailleurs, en particulier en matière sociale, d’enseignement, de recherche et de fiscalité, pour nous adapter aux exigences de l’immatériel. Acceptons l’idée que ce qui est original n’est pas nécessairement meilleur, que ce qui est fait à l’étranger n’est pas nécessairement moins bien, que l’on peut changer nos approches sans nous dénaturer, et même, paradoxalement, en nous renforçant. En changeant nos réflexes, en changeant d’échelle, en changeant de modèle, nous nous donnerons les moyens de mieux mobiliser nos talents. Mais cela ne suffira pas pour que notre économie se positionne comme l’une des premières de l’immatériel. Car l’enjeu de cette économie, c’est tout autant de savoir valoriser ses talents que de parvenir à attirer ceux des autres pays, en s’imposant comme une plate-forme de création et d’innovation, capable d’attirer les hommes, mais aussi les capitaux. Nous ne mesurons pas en France à quel point l’image que nous renvoyons est déterminante pour capter une partie des idées et des financements mondiaux. La « marque France » n’a peut-être pas de réalité comptable. Elle a en revanche une véritable réalité économique. Or, notre « marque France » souffre aujourd’hui de plusieurs faiblesses. Pour le dire autrement, nous n’avons pas un « capital marque » aussi riche et solide que le méritent notre histoire et nos talents. D’une part, parce que nous ne renvoyons pas suffisamment l’image d’un pays innovant et à la pointe en matière technologique. D’autre part, parce que nous mettons à l’excès en avant des particularismes qui peuvent être jugés négativement à l’étranger. Ceci est d’autant plus regrettable que ces particularités astucieusement mises en valeur peuvent à l’avenir constituer notre force principale. Enfin parce que nous ne prêtons pas suffisamment attention aux classements mondiaux qui, quelles que soient leurs limites, influencent néanmoins notre image à l’étranger.